Amelie de Nery la petite fille du Fort Troyon

Le fort de Troyon est bombardé le 8 septembre 1914, les soldats reçoivent l’ordre de tenir au moins 48 heures. La résistance est essentielle si l’on veut prévenir l’avancée des Allemands, et éviter qu’ils prennent Verdun en tenaille, le Fort de Troyon se trouve au Sud de Verdun. Le 9 septembre 1914, le major Neuhoff, officier allemand de l’état-major de la 10e division, se présente à l’entrée du fort et demande aux troupes Française d’abandonner la bataille. Mais le capitaine Heym (166e R.I.), commandant du fort, conteste et demande aux Allemands de revenir en arrière. C’est ainsi qu’une averse d’obus tombe sur le Fort de Troyon. Le 10 septembre 1914, les pilonnages allemands cessent : le fort a tenu bon. De cette fermeté héroïque dépendait la suite des austérités. Le Fort de Troyon en résistant a empêcher l’encerclement de Verdun et le franchissement de  la Meuse.

/fort-troyon_guerre_1914_1918_amelie-de-nery_marylie-markovitch_la-petite-fille-du-fort-troyon-

« La petite fille du fort de Troyon » carte postale, vente au profit d’œuvre patriotique. Par Amélie de Néry

/fort-troyon_guerre_1914_1918_amelie-de-nery_marylie-markovitch_la-petite-fille-du-fort-troyon- /fort-troyon_guerre_1914_1918_amelie-de-nery_marylie-markovitch_la-petite-fille-du-fort-troyon-/fort-troyon_guerre_1914_1918_amelie-de-nery_marylie-markovitch_la-petite-fille-du-fort-troyon-

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.